“Le diplôme n’est pas par nature à lui seul la porte ouverte à l’entreprise, nous sommes avant tout très attentifs à la motivation et aux compétences des candidats“

“Le diplôme n’est pas par nature à lui seul la porte ouverte à l’entreprise, nous sommes avant tout très attentifs à la motivation et aux compétences des candidats“
Séverine Reboullet, Directrice du Pôle Santé Sécurité au Travail et Handipacte Groupe
publié le 12 juin 2013
Le groupe Casino est un acteur historique du commerce alimentaire en France et  aujourd’hui l’un des leaders mondiaux de la distribution, il comptabilise en 2011, 307 000 collaborateurs à travers le monde et 11 745 magasins. Depuis 1995, Casino mène une politique volontariste en faveur de la diversité et de l’emploi des personnes en situation de handicap, en janvier 2011 le groupe a renouvelé son 5ème accord « Handipacte » pour une durée de 3 ans avec les partenaires sociaux. Entretien avec Séverine Reboullet, Directrice du Pôle Santé Sécurité au Travail et Handipacte Groupe

Pouvez-vous nous décrire les grands axes de la politique handicap du groupe Casino ?

Depuis près de 18, le groupe développe une politique d’emploi en faveur des travailleurs handicapés avec un premier accord  handicap signé en 1995. L’engagement en faveur de la diversité et de l’emploi des personnes en situation de handicap s’inscrit dans l’ADN du groupe Casino et notamment dans les textes fondateurs. Toutes nos actions sont centralisées par notre mission handicap appelée « handipacte » qui est composée de trois personnes et d’une cinquantaine de correspondants promotion de la diversité répartis sur le territoire qui déclinent nos actions sur l’ensemble de nos sites.
Les principaux axes de notre politique sont :
  • Le recrutement (nous recrutons des CDD, CDI mais aussi à travers l’alternance et l’accueil de stagiaire)
  • Le maintien de l’emploi,
  • Les aidants familiaux (nous accompagnons les collaborateurs ayant un conjoint ou un enfant en situation de handicap)
  • La communication, sensibilisation, information et formation
 
Quelles actions mettez-vous en place pour sensibiliser les salariés au handicap ?

Notre objectif est de faire vivre le handicap au quotidien et de rassurer les salariés. Nos actions de sensibilisation ne cessent d’évoluer sur le fond et la forme depuis 18 ans et aujourd’hui nous interagissons beaucoup par intranet afin de communiquer régulièrement auprès de nos collaborateurs sur notre politique handicap. Nous proposons des  formations e-learning ludiques sous forme de dessin animé pour sensibiliser les salariés au handicap. Nous organisons également des opérations sur site, notamment en partenariat avec Handisport et handi’chiens (association nationale d’éducation de chiens d’assistance pour personnes handicapées) l’objectif est de sensibiliser les collaborateurs à travers des mises en situation (basket en fauteuil, tennis de table etc.).

Comment faites-vous pour maintenir l’emploi des travailleurs handicapés ?

Pour mener à bien nos actions de maintien dans l’emploi nous nous faisons accompagner de notre médecin référent groupe que nous avons mis en place il y a 1.5 ans et qui nous aide à coordonner l’ensemble de nos actions liées à la santé et la sécurité au travail d’une part mais aussi au maintien dans l’emploi d’autre part. En fonction des recommandations des médecins de santé au travail locaux complétées par celles de notre médecin référent groupe, nous réalisons des aménagements de temps et de poste de travail (siège ergonomique, écran tactile etc.). 200 dossiers de situation de maintien dans l’emploi sont traités par an en moyenne aboutissant à taux de reclassement de 40%. Tous les trimestres nous faisons un bilan de nos actions dans le cadre d’une commission paritaire de maintien dans l’emploi qui se compose entre autre du médecin référent groupe mais aussi des organisations syndicales.
 
Quels types de profils recherchez vous ? Proposez-vous des postes en alternance ?

Tous nos postes sont ouverts aux personnes en situation de handicap. Nous recherchons des candidats dans tous les profils mais surtout dans les métiers de bouche (boucherie, traiteur, boulangerie) mais aussi pour des postes d’employés commerciaux (hôte/hôtesse de caisse, mise en rayon). Le diplôme n’est pas par nature à lui seul la porte ouverte à l’entreprise, nous sommes avant tout très attentifs à la motivation et aux compétences des candidats. Au sein du groupe Casino dans les services support amont (marketing, comptabilité…) nous proposons également des postes de niveau Bac+5.

La formation en alternance est un des axes forts de notre politique de recrutement, tous nos métiers sont accessibles par le biais de l’alternance, du niveau CAP au Bac+5. Nous travaillons en partenariat avec des écoles externes et nous avons notre propre centre de formation interne qui donne la possibilité aux salariés du groupe de se professionnaliser dans leur métier ou de se reconvertir. Nous accompagnons tous nos collaborateurs dans leur évolution professionnelle, à titre d’exemple l’un de nos travailleurs handicapés atteint de déficience auditive est devenu manager en rayon grâce à son envie, et sa motivation et son évolution de compétences.

Combien de personnes en situation de handicap avez-vous recrutées ?

Depuis 2010, notre taux d’emploi dépasse les 10% et nous comptons actuellement 3500 salariés en situation de handicap.

Le groupe Casino est également à l’initiative du lancement d'un nouveau site dédié au secteur de la distribution, Handistrib.fr, quelles sont les raisons de cet engagement ?
 
Prouver que le handicap et la grande distribution ne s’opposent pas. Il est important de communiquer auprès des personnes en situation de handicap et de montrer que les entreprises de la grande distribution comme le Groupe Casino sont réellement impliquées par des actions en faveur de la diversité et de l’insertion professionnelle des travailleurs handicapés. Nous devons aller à leur rencontre pour qu’ils découvrent nos métiers et qu’ils aient envie de nous rejoindre. A nous, ensuite, de tout mettre en œuvre pour faciliter leur intégration.
 

Propos recueillis par Olivier Angelini